Pourquoi promettre?

Une promesse. Foto: Sabitha Saul

Souvent les promesses publiques sont celles auxquelles ont ne croit pas : par exemple les promesses des politiciens, des publicités ou celles faites par des groupes défendant une idéologie peuvent induire en erreur les gens faciles à convaincre.

Dans la sphère publique il semble que nous ayons besoin de règles plus fiables comme le serment ou le contrat afin de donner de la crédibilité aux conventions sociales.

D’un autre coté – en tant que geste personnel – une promesse peut-être quelque chose de très précieux. En apparence, elle est peut-être rien de plus qu’un message subjectif mais elle vient du cœur. Ce qui objectivement semble être un manque est en réalité une qualité humaine personnelle. Le fait qu’une simple promesse ne vaille pas grand chose en public et puisse même sembler suspecte est significatif de l’état de notre société.

Une promesse est un engagement volontaire que vous avez vous-même choisi. Cela vous appartient de tenir ou non cette promesse. C’est toujours une affaire impliquant quelqu’un ou quelque chose, un choix personnel, un acte intime qui vous lie. Une promesse suppose confiance et aussi respect de la parole donné. C’est un acte créatif qui expose.

Si je garde ma promesse mais affirme publiquement mon acte, que révèle t’il de moi, et quel sens à cette promesse? Cela fait-il une quelconque différence d’être nombreux à avoir promis sans dire quoi? Cela révèle t’il un autre état de la chose publique? Si personne en dehors de son auteur n’a connaissance de la promesse, n’est pas justement pour cela qu’elle serait valide?