Nous assistons à̀ une attaque concertée sur le quatrième pouvoir par ce que l’on peut désormais appeler le cinquième pouvoir – la politique numérique d’une droite populiste, pensée comme élément d’une stratégie revendiquée de destruction de l’État. Hannah Arendt avait raison quand elle écrivait : « Le résultat d’une substitution totale et cohérente de mensonges à la vérité factuelle n’est pas que le mensonge sera dès lors accepté comme vérité et la vérité dégradée comme mensonge, mais que le sens par lequel nous nous repérons dans le monde réel […] est détruit.
Andreas Huyssen